Sur quoi agirait la DHEA ? Que disent vraiment les recherches scientifiques ?

DHEA

 

 

Entre idées recues, légendes urbaines, croyances populaires et médiatisation de produits bien marketés, que sait-on vraiment des bienfaits de la DHEA ? D’ailleurs, pour la science, DHEA, ça rime avec quoi ?

DHEA rime avec perte de poids ciblée : graisse abdominale et taux faible de DHEA sont liés ! Certaines études ont démontré l’efficacité de la prise de DHEA pour réduire la graisse au niveau de la sangle abdominale, tout en augmentant la masse musculaire. Par ailleurs, elle faciliterait la biodisponibilité de la carnitine, servant à brûler les graisses.

DHEA rime avec action sur le cholestérol en excès : La DHEA aiderait à éliminer de facon ciblée, les cellules obstruant les artères. Elle permettrait également de réduire le niveau de mauvais cholestérol LDL et contribuerait à protéger les artères de la formation de plaques d’athéromes.

DHEA rime avec bénéfices contre le diabète : la DHEA contribuerait à augmenter la sensibilité des cellules à l’insuline (hormone chargée de réguler le taux de sucre dans le sang), ce qui atténuerait les risques accrus de diabète.

DHEA rime avec atténuation de l’ostéoporose : La DHEA augmenterait la densité osseuse et la résistance. Elle améliorerait le renouvellement osseux et en diminuerait la perte.

DHEA rime avec anti-rides et beauté de la peau : la prise de DHEA lutterait efficacement contre l’action des radicaux libres responsables du vieillissement prématuré. Elle aurait des effets protecteurs sur le derme, elle permettrait l’hydratation des peaux assoiffées et affaiblies avec l’âge, redonnerait à la peau sa consistance, son élasticité, sa tonicité et son éclat, puis aiderait à gommer les taches cutanées grâce à une stimulation de la production de mélanine.

DHEA rime avec fertilité : La DHEA aiderait à reconstruire la réserve ovocytaire, elle améliorerait les chances de concevoir un enfant et diminuerait le risque de fausse-couche spontanée.

DHEA rime avec capacités cognitives : la prsie de DHEA permettrait de stimuler la mémoire, mais aussi les capacités d’attention, de concentration et de motivation.

DHEA rime avec diminution des troubles cardiaques : les personnes dont les taux de DHEA sont suffisamment élevés, seraient mieux préservées contre les risques de maladies cardio-vasculaires, et présenteraient un risque de mortalité cardiaque divisé par 2. Les concentrations sanguines les plus basses en DHAE empêcheraient la bonne irrigation du cœur et augmenteraient ainsi le risque ischémique.

DHEA rime avec libido et fonction érectile : la DHEA soutiendrait de manière significative la fonction érectile chez les hommes souffrant de difficulté à maintenir une érection notamment liée à un problème d’hypertension ou de prostatite chronique. La stimulation du désir serait accentuée chez les femmes ménopausées qui se supplémentent en DHEA.

Références scientifiques :

1.Baulieu E.E. et al. (2000). DHEA, DHEA Sulfate and aging: Contribution of the DHEAge Study to a sociobiomedical issue. Proceedings of the National Academy of Sciences, USA. Vol. 97, No.8, p.4279-4284.

2.Legrain S., Massien C., Lahlou N., Roger M. et al. (2000). Dehydroepiandrosterone replacement administration : pharmacokinetic and pharmacodynamic studies in healthy elderly subjects. J Clin Endocrinol Metab, Vol. 85, 3208-3217.

3.Mazat L., Lafont S., Berr C., Debuire B., Tessier J.F., Dartigues J.F. et Baulieu E.E.(2001). Prospective measurements of dehydroepiandrosterone sulfate in a cohort of elderly subjects: Relationship to gender, subjective health, smoking habits, and 10-year mortality. Proc. Natl. Acad. Sci. USA. 2001, 98 8145.

4.Barrett-Connor E, Khaw KT, Yen SS A prospective study of dehydroepiandrosterone sulfate, mortality, and cardiovascular disease. N Engl J Med. 1986 Dec 11; 315(24):1519-24.

5.Feldman HA, Johannes CB, Araujo AB, Mohr BA, Longcope C, McKinlay JB. Low dehydroepiandrosterone and ischemic heart disease in middle-aged men: prospective results from the Massachusetts Male Aging Study. Am J Epidemiol. 2001 Jan 1; 153(1):79-89.

6.Ohlsson C, Labrie F, Barrett-Connor E, Karlsson MK, Ljunggren O, Vandenput L, Mellström D, Tivesten A. Low Serum Levels of Dehydroepiandrosterone Sulfate Predict All-Cause and Cardiovascular Mortality in Elderly Swedish Men. J Clin Endocrinol Metab. 2010 Jul 7. [Epub ahead of print].

7.Villareal DT, Holloszy JO, Effect of DHEA on abdominal fat and insulin action in elderly women and men: a randomized controlled trial, The Journal of the American Medical Association, 10 novembre 2004, Vol. 292, No 18, 2243-8.

8.Nair KS, Rizza RA, O’Brien P et al. DHEA in elderly women and DHEA or testosterone in elderly men. N Engl J Med. 2006 Oct 19; 355(16):1647-59.

9.Mamas L, Mamas E. Dehydroepiandrosterone supplementation in assisted reproduction: rationale and results. Curr Opin Obstet Gynecol. 2009 Aug; 21(4):306-8. Review.

10.Barad DH, Gleicher N. Increased oocyte production after treatment with dehydroepiandrosterone. Fertil Steril. 2005 Sep; 84(3):756.

11.Shulman A. The journal of the Israeli Fertility Association (AYALA), 2010.

12.Reiter WJ, Schatzl G, et al. Dehydroepiandrosterone in the treatment of erectile dysfunction in patients with different organic etiologies.Urol Res 2001 Aug; 29(4):278-81.

13.Mazat L, Lafont S, Berr C, Debuire B, Tessier JF, Dartigues JF, Baulieu EE. Prospective measurements of dehydroepiandrosterone sulfate in a cohort of elderly subjects: relationship to gender, subjective health, smoking habits, and 10-year mortality. Proc Natl Acad Sci U S A. 2001 Jul 3; 98(14):8145-50. Epub 2001 Jun 26.

14.Vakina TN, Shutov AM, Shalina SV, Zinov’eva EG, Kiselev IP. [Dehydroepiandrosterone and sexual function in men with chronic prostatitis]. Urologiia. 2003 Jan-Feb ;(1):49-52. Russia.

15.Basar MM, Aydin G, Mert HC, Keles I, Caglayan O, Orkun S, Batislam E. Relationship between serum sex steroids and Aging Male Symptoms score and International Index of Erectile Function. Urology. 2005 Sep; 66(3):597-601.

16.Hackbert L, Heiman JR. Acute dehydroepiandrosterone (DHEA) effects on sexual arousal in postmenopausal women. J Womens Health Gend Based Med 2002 Mar; 11(2):155-62.


Leave a Reply

Your email address will not be published.