Glaucome : un mal silencieux qui demande d’ouvrir l’œil !

Closeup of blue eyes from a young man red and irritated eye with laser hologram on her eye

Le glaucome, on en entend beaucoup parler, on en connait le nom, mais finalement, sait-on vraiment ce que c’est ? Touchant environ 2% de la population et représentant ainsi près d’un million de personnes concernées en France, le glaucome est une maladie de l’œil à ne prendre à la légère. Qu’est-ce qui le caractérise ? Comment le détecter ? Quelles conséquences ? Quelles solutions ? Voici quelques éléments qui pourront vous éclairer un peu sur le sujet….

Qu’est-ce que le Glaucome ?

Il s’agit d’une maladie caractérisée par une pression anormalement élevée exercée à l’intérieur de l’œil, entraînant la dégradation du nerf optique ainsi que la destruction de celui-ci.

Quelles sont les causes du glaucome ?

Hérédité, augmentation de la pression à l’intérieur de l’œil, mauvaise circulation oculaire, traumatisme brutal, diabète, inflammation, tumeur, prise médicamenteuse de façon prolongée, sont autant de causes qui peuvent engendrer l’apparition d’un glaucome.

Existe-t-il plusieurs formes de glaucome ?

– La forme de glaucome à angle ouvert, se caractérise par une altération progressive et irrémédiable du nerf optique. Quasi asymptomatique parce que s’insinuant de façon graduel, le glaucome à angle ouvert touche petit à petit le canal par lequel s’écoule l’humeur aqueuse vers l’extérieur de l’œil. Le liquide prisonnier à l’intérieur de l’œil, entraine l’élévation de la pression intraoculaire. Souvent, le glaucome à angle ouvert s’attaque aux yeux de manière inégale : un œil est moins atteint que l’autre et compense la perte de vision, ce qui retarde le diagnostique. Il engendre une sensibilité accrue à la lumière ainsi qu’une fatigue oculaire… Ce qui le rend difficilement détectable, sauf examen ophtalmologique régulier. Il s’agit de la forme la plus fréquente de glaucome. Elle représente 80 à 90% de la population concernée par cette maladie.

– La forme de glaucome à angle fermé est nettement moins représentée, mais se trouve plus fréquente dans les pays d’Asie. Contrairement au glaucome à angle ouvert, le glaucome à angle fermé est la conséquence de l’adhérence brutale du canal d’évacuation de l’humeur aqueuse, à l’iris de l’œil. Cette catégorie de glaucome ne touche le plus souvent qu’un œil. Elle se manifeste très brusquement et nécessite une prise en charge rapide pour limiter le risque de cécité. Elle provoque des douleurs très fortes ainsi qu’une baisse de l’acuité visuelle.

 

 – La forme congénitale : Sachez que le glaucome peut tout à fait être héréditaire. Cette perspective demande un suivi ophtalmologique régulier qui permet alors une prise en charge rapide et efficace de la maladie, qui rappelons-le, ne manifeste pas de symptômes.

 – La forme liée à un traumatisme ou à une intervention chirurgicale, mais aussi, la prise de certains médicaments rendant le terrain plus propice à l’apparition d’un glaucome.

Quelles sont les conséquences d’un glaucome ? Le Glaucome attaque le champ visuel et altère la vision d’abord périphérique, puis centrale de l’œil. La dégénérescence peut aller progressivement jusqu’à la cécité.

Comment s’effectue le diagnostique du glaucome ?

Votre ophtalmologue pratique examen appelé tonométrie, afin de mesurer la pression intraoculaire, puis il mesure la dimension de la cornée pour s’assurer du résultat de pression oculaire obtenu et affiner son diagnostique, il ausculte ensuite l’intérieur de l’œil afin d’évaluer les dégâts sur le nerf optique, à l’aide d’un faisceau lumineux dirigé au niveau de l’œil. Enfin, l’ophtalmologue teste le champ de vision afin d’en évaluer l’altération.

Peut-on stopper le processus destructeur du glaucome ?

Le glaucome est irréversible et ses séquelles, une fois installées le sont aussi ! Néanmoins, il peut être contrôlé à condition d’être décelé suffisamment tôt. C’est la raison pour laquelle la visite chez l’ophtalmologue (plus encore à partir de 45 ans), pour un examen est fondamentale. Lorsque le glaucome a été diagnostiqué, il est important de procéder à un examen complet tous les 6 mois. Par ailleurs, de nombreux collyres peuvent se révéler efficaces pour diminuer la pression intraoculaire et limiter la progression du glaucome. Egalement, certains compléments alimentaires peuvent contribuer à freiner l’évolution du glaucome en réduisant la pression à l’intérieur de l’œil, en renforçant les capillaires de l’œil et en en favorisant ainsi la microcirculation.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.