Sciatique : ce n’est pas vraiment le coup de foudre dont vous rêviez….

mal au dosUne sciatique, c’est comme une décharge électrique, qui vous irradie de la fesse au pied ! Elle est dans une majorité de cas, la résultante de disques intervertébraux qui s’échinent, provoquant ainsi l’irritation du nerf sciatique ou la conséquence d’une hernie discale…. L’hernie, mal placée, comprime la racine du nerf sciatique, et peu importe la taille de l’hernie, ça fait atrocement mal ! Le mal se diffuse ainsi d’un seul côté de la jambe, provoquant des douleurs très caractéristiques, intenses dans la fesse, la cuisse, le mollet puis le pied… Et encore plus virulentes lorsque vous toussez, éternuez ou déféquez.
La pression lombaire est exercée soit entre la L4 et la L5, soit en L5-S1, nerf sacré lombosciatique. Ce qui les différencie ? C’est la douleur, qui va, dans le premier cas, descendre jusqu’au gros orteil à l’intérieur du pied, et dans le second, se diffusera plutôt en direction du petit orteil vers l’extérieur du pied. Dans de rares cas, la sciatique peut aussi être la répercussion d’arthrose ou d’une tumeur. En soi, ce n’est pas le phénomène de compression qui fait mal, mais l’inflammation !

La sciatique n’arrive jamais seule… Elle surgit avec tout un florilège de symptômes qui peuvent lui être associés :
Fourmillements dans les jambes et les pieds, lumbago, diminution de certains réflexes, voire inhibition totale de ces derniers, notamment en cas de sciatiques dont l’origine serait la S1, baisse de tonus au niveau de la jambe et du pied, ce dernier symptôme étant plus rare, mais le plus grave, puisque révélateur d’une future paralysie. Les douleurs peuvent persister une à deux semaines ; au-delà, il devient nécessaire de pratiquer des examens. Une IRM ou un scanner pourront alors révéler plus précisément le problème.

Qu’est ce qui provoque les foudres de la sciatique ?
Transporter ou même se contenter de soulever des charges lourdes, mais pas seulement ! Le mal-être psychologique, la cigarette, la surcharge pondérale importante et le syndrome de stress postural sont également des facteurs à ne surtout pas négliger !

Lorsque vous souffrez de sciatique, ne mettez pas votre dos à l’épreuve !
– Repos, repos et repos ! Soulagez votre dos au maximum et privilégiez les positions « allongé» ou « couché».
– Evitez les postures qui accumuleront et soutiendront toute la pression au bas de votre dos, comme lorsque vous conduisez.
– Interdiction de porter, et encore moins des charges lourdes, bannissez tout effort qui demanderait de ne pas ménager votre épine dorsale : courses, tâches ménagères, sport, etc., sont de trop grandes sollicitations pour votre colonne vertébrale.

Quels traitements sont privilégiés en cas de sciatique ?
Antidouleurs, anti-inflammatoires, homéopathie, séances de massage chez votre kinésithérapeute (qui atténueront le mal mais ne traiteront pas celui-ci), infiltrations, corset, puis dans le cas où aucun traitement n’a pu être concluant, il sera probablement nécessaire d’envisager une opération…

Mais que fait l’homéopathie dans tout cela ?
Des traitements homéopathiques pour soulager la sciatique ? Nous disons Oui, et plutôt deux fois qu’une ! Leur efficacité est tout simplement bluffante ! Parmi ces trésors de bienfaits, le complément Sciatic-Aide est probablement le plus vertueux ! Il ne s’agit pas d’un anti-inflammatoire, mais d’un antidouleur, dont l’action permet de libérer les endorphines responsables du bien être pour vous apporter un soulagement maximum ! La synergie de ses composants actifs vous délivre les secrets d’un antalgique incroyable contre la sciatique :
La Chamomilla  : un antidouleur d’origine végétale spectaculaire.
L’Arsenicum album : souche homéopathique délicate à manipuler, mais regorgeant de vertus antalgiques et renforçatrices lorsqu’elle est bien dosée ! L’arsenic est efficace en cas de pathologies aussi bien aigües que chroniques… Tout est une question de connaissance parfaite de ce métal !
Le Colocynthis : Issu d’une plante rampante appelée coloquinte, de laquelle on extrait le fruit et sa pulpe desséchée pour apaiser significativement les douleurs aux points de compression et crampes musculaires.
Le Sulphur : Oligo-élément exceptionnel pour soulager le disque intervertébral et atténuer la douleur lorsque celle-ci devient insupportable.

Ce qui importe, dans le traitement homéopathique de la sciatique, réside essentiellement dans 2 principes de base :
– C’est uniquement grâce à l’association de ces souches combinées que vous obtiendrez des résultats significatifs.
– Les concentrations de chaque composant sont primordiales. Elles sont le fruit d’une recherche de longue haleine de la part des homéopathes et c’est seulement à ces conditions, que vous obtenez un antidouleur prodigieux contre la sciatique.


Leave a Reply

Your email address will not be published.