Pourquoi prend-on du poids en hiver ?

Lebkuchenhaus

Pourquoi grossit-on à la fraîche saison ? Comment les kilos de l’hiver s’installent-ils ?… Lorsque l’hiver touche à sa fin, il fait place à la douceur du printemps, aux arbres qui bourgeonnent, et aux tenues plus légères… Seul hic… Dont vous vous rendez-compte en voulant remettre votre petite robe à fleurs qui vous va si bien ou votre pantalon en coton léger pour la saison… Une fois porté, il ne donne pas le même effet que dans votre souvenir… Vous montez alors sur la balance en vous disant « pourtant je n’ai pas l’impression d’avoir grossi à ce point »… Et là… Enfer et damnation, cette fichue balance vous annonce un verdict en total désaccord avec la belle saison qui s’annonce, mais aussi avec vos petites jupes pleines de légèreté et petits pulls moulants qui vous allaient si bien… Hiver douillet, hiver cocooning, hiver grasses matinées, hiver plateaux télé… ont un prix : celui de quelques kilos venus se logés ici et là, au niveau de votre ventre, de vos cuisses, de vos fesses ou de vos bras.

Tout est une question de thermorégulation ! La température normale du corps est d’environ 37°C. Entre l’intérieur et l’extérieur du corps, les échanges permettent de maintenir cette température à un niveau idéal. L’hiver, lorsqu’il fait froid, le corps à besoin de brûler plus de calories pour maintenir le corps à une température optimale. A certaines époques, lorsqu’arrivait l’hiver, l’objectif était de se préserver au mieux de la rudesse du froid et d’augmenter l’apport calorique, pour subvenir aux besoins de notre corps. C’était le cas selon les régions et le climat qu’elles subissaient…. Un héritage caractéristique et gastronomique demeuré intact ! L’avez-vous remarqué ? Nous retrouvons cela aujourd’hui à travers les habitudes alimentaires selon les régions et surtout les climats que l’on côtoie : les préparations culinaires mettent les plats consistants à base de crème, de beurre, de fromage, de féculents à l’honneur dans le nord et l’est de la France où le climat a tendance à se révéler plutôt rude, en revanche, dans le sud, plus ensoleillé, la part belle est laissée aux assiettes méditerranéennes qui fleurissent de bouquets de légumes. Une adaptation ingénieuse pour l’époque… Et cela fonctionnait… Jusqu’à l’apparition de nos précieux systèmes de chauffage et de nos vêtements adéquats pour la saison !… Soyons lucides, nous n’allons plus couper de bois pour alimenter le feu dans les chaumières, ni même, si nous remontons plus loin encore dans notre (pré)histoire, nous recouvrir d’une peau de bête pour nous maintenir au chaud afin de survivre au froid hivernal !

Mieux encore, l’hiver glacial a donné naissance à un nouveau genre humain : l’homo-hibernatus. Plus il fait froid, plus l’homo-hibernatus a tendance à s’envelopper de douceur dans son petit nid douillet et à se confectionner une atmosphère cosy, lové confortablement sur son canapé, avec son chocolat chaud, ou toute autre denrée qui lui permettrait de se réchauffer sans avoir à effectuer le moindre mouvement ou se confronter à l’ère glacière (ou à l’air glacial !)… Parce qu’on est teeellement bien, enfermé chez soi, au chaud, emmitouflé dans sa couverture, devant sa télévision après une rude journée au travail… Pourtant… La voici, la combinaison parfaite pour accueillir et entretenir allègrement les calories durant l’hiver ! Faire du sport ?… Du quoi dites-vous ? Privilégier la marche à pied lors des sorties… Est bien la dernière chose de laquelle l’homo hibernatus a envie quand le temps ne s’y prête pas !

Woman eating traditional christmas cookies

Ce que tout cela signifie ? Qu’il n’est pas plus utile aujourd’hui d’avoir un apport calorique supérieur à celui des autres saisons de l’année, que de couper son bois en pleine forêt pour avoir chaud lorsque nous sommes en hiver ! Qu’augmenter ses réserves énergétiques est nécessaire Si et seulement Si la dépense calorique est supérieure à l’apport. Mais si vous brûlez moins de calories que vous n’en emmagasinez : la prise de poids est inéluctable ! Plats consistants, copieux, féculents, viandes en sauces… Ne sont pas nécessaires à notre survie ! Les choses ont changé, pourtant, nous continuons de nous alimenter de la même façon.

Sachez en prime que d’autres facteurs entreraient en ligne de compte dans la prise de poids en hiver : parmi, eux, la dépression saisonnière, durant laquelle journées plus courtes et morosité ambiante s’installent, le sentiment de satiété diminue et peut vous faire dévorer les sucres et les gras de façon compulsive pour vous sentir moins triste… Les nourritures riches en glucides et Vitamines B6 augmentent l’apport en tryptophane au cerveau. C’est la raison pour laquelle les personnes anxieuses et stressées consomment de grandes quantités de glucides (pain, gâteaux, pizzas, crèmes glacées, etc.).

schema sérotonine

Par ailleurs, le manque de vitamine D semble jouer lui aussi un rôle, dans la diminution du processus de dégradation des graisses. Les gras sont alors stockés plus facilement.

Egalement, mélatonine et sensation de faim seraient liées ! La mélatonine est l’hormone du sommeil. Lorsque celle-ci n’est pas régulée, ou simplement, produite en plus grande quantité durant la période hivernale, l’appétit augmenterait aussi !

Enfin, sachez que le stress est lui aussi un facteur à prendre en considération : le corps est conçu pour pallier les périodes de disette. S’il en ressent le besoin, comme lors d’un stress, des signaux d’alerte lui permettent de stocker plus de calories afin d’avoir des réserves disponibles à convertir en énergie.

Quelle sont les meilleurs gestes à adopter pour éviter de prendre du poids en hiver ?

Commencez par mettre en place une stratégie qui consiste à ne pas avaler plus de calories que vous n’en dépensez. Cela signifie, ne pas manger plus en hiver, qu’à une autre saison de l’année. Privilégiez les légumes, en soupe ou en pot au feu, mais aussi les protéines, poissons-vapeur et viandes grillées, ainsi que les légumineuses et les fruits !

Eliminez les gras à profusion, mangez dans de petites assiettes le soir, sans vous resservir, limitez les sucres rapides des confiseries, chocolats, viennoiseries ou autres douceurs… Et vous passerez l’hiver non seulement avec quelques  kilos de moins mais aussi en pleine forme !

Enfin, troquez votre couette contre une séance de sport qui vous fait transpirer et vous donnera tout aussi chaud ! Le plus dur, est toujours de s’y mettre, mais la satisfaction de l’avoir fait et les résultats devant le miroir ou sur la balance, en valent la peine ! 😉


Leave a Reply

Your email address will not be published.