Mycose ou Infection vaginale, que faire ?

Young beautiful woman with flower siting on floor

Qu’est-ce qui provoque les mycoses et plus spécifiquement les mycoses vaginales ?

Système endocrinien défaillant, diabète, traitements antibiotiques à répétition ou pris de façon prolongée, acidité de la flore vaginale ou même simplement utilisation d’un savon au pH un peu trop acide, faiblesse immunitaire, rapport sexuel, objet infecté, fatigue excessive, stress intense, sont autant de facteurs qui peuvent déclencher le développement excessif d’un champignon microscopique ou de ce que l’on nomme plus communément une « mycose ».

 

 

Que se passe-t-il exactement ?

La flore bactérienne est composée de germes de différentes natures, qui cohabitent en harmonie et créent l’équilibre. Au niveau du vagin, on appelle cet ensemble de bactéries « Flore de Doderlein ». Lorsque l’équilibre de cette flore est perturbé, des germes peuvent proliférer de manière excessivement rapide et totalement incontrôlée. Le plus souvent il s’agit de la levure de type « Candida albicans ». Contribuant naturellement à peupler la flore intestinale et la flore de Doderline, elle peut alors pulluler dans des proportions démesurées et également proliférer dans différentes parties du corps. Elle peut d’ailleurs migrer au niveau du tube digestif, des organes génitaux, de la bouche, du foie, des reins et des yeux, c’est la raison pour laquelle elle devient très difficile à éliminer et que se débarrasser d’une candidose ou d’une mycose, peut parfois prendre beaucoup de temps. Pas si dangereuse en soi, mais extrêmement incommodante, la levure Candida albicans est, dans une majorité de cas, responsable des mycoses vaginales, appelées aussi mycoses gynécologiques ou muguet vaginal.

Comment reconnaître une mycose vaginale ? Plusieurs éléments vous mettent la puce à l’oreille… Vous êtes une bonne candidate pour une mycose vaginale si :

– Vous ressentez de fortes démangeaisons au niveau des parties génitales

– Vous ressentez une brûlure intense quand vous urinez

– Vous remarquez une couleur rouge vif et une enflure au niveau de la vulve

– Vous remarquez des pertes de couleur blanche

– Vos rapports sexuels vous paraissent douloureux

Ce que ces germes adorent, et qu’il faut éviter ?

L’humidité : vêtement mouillés, séchage succinct en sortant de la douche ou de la piscine… créent un environnement idéal pour le développement d’une mycose et sa prolifération. Le sable également.

Le sucre, ainsi que les produits fermentés et contenant de la levure comme le fromage, la bière ou le vin ! Pourquoi ? Parce que la levure se nourrit de sucre ! Et parce que la levure dans la levure… Est un environnement familier et propice à la démultiplication !

Les vêtements synthétiques, les vêtements serrés, ainsi que les savons, shampoings, gels douche au pH très acide sont des terrains favorables au développement des bactéries et germes, et ils favoriseront également les démangeaisons ! Troquez les jolies lingeries en dentelle ou en soie quelques temps contre les sous-vêtements en coton, puis utilisez des savons au pH neutre pour votre toilette et notamment pour la toilette intime.

Les solutions possibles ?

Un traitement antifongique oral, qui passe par le sang pour éliminer les germes, un traitement localisé au niveau de la flore vaginale, le plus souvent il s’agira d’ovules à libération prolongée, dont la prise unique permettra une action antifongique en continu sur 2 à 3 jours pour éradiquer la candidose, des crèmes à appliquer en usage externe pour soulager la douleur et l’enflure de la vulve, des probiotiques à forte dose pour aider à rétablir l’équilibre des flores intestinale et vaginale, ainsi que des solutions naturelles en compléments alimentaires pour limiter la récurrence de l’infection vaginale.


Leave a Reply

Your email address will not be published.