Prégnénolone : un atout de taille pour une mémoire sans faille !

Bien_etreLa prégnénolone est le précurseur de toutes les hormones stéroïdes, elle est d’ailleurs surnommée « l’hormone-mère ». Découverte dans les années 30, la prégnénolone est à nouveau dans les petits papiers des chercheurs pour les nombreuses propriétés que ces derniers lui découvrent au fil du temps. Fabriquée dans nos surrénales et en partie dans notre cerveau, l’hormone mère est issue de la transformation du cholestérol. Dans les années 40, on découvre une partie de ses bienfaits, notamment pour son action favorisant les performances cérébrales et contre les rhumatismes inflammatoires. Depuis, l’évolution des vertus attribuées à la prégnénolone au cours des études réalisées, ne cesse de croître…
La prégnénolone aurait une implication majeure dans la protection des neurones et des mécanismes de la mémoire :

En 2012, les chercheurs Xu BYang RChang FChen LXie GSokabe MChen L ont mesuré les effets de la prégnénolone sur la création de nouvelles cellules au niveau de l’hippocampe, zone du cerveau jouant un rôle essentiel dans la mémoire, l’apprentissage et l’orientation spatiale. L’administration de prégnénolone protègerait les nouvelles cellules neuronales et leurs prolongements améliorant de façon conséquente les performances cognitives spatiales, notamment chez les personnes âgées. (1). Par ailleurs, il a été prouvé bien plus tôt, que les neurostéroïdes tels que la prégnénolone influencent significativement la plasticité neuronale : de nouvelles configurations neuronales, de nouvelles communications entre les neurones sont établies(2).
Mémoire, processus d’apprentissage, la prégnénolone aurait une vraie valeur :

Le cerveau est un système dynamique en perpétuelle restructuration. Avec l’âge, la synthèse des neurostéroides tels que la prégnénolone, diminue. Sous l’effet des conditions de stress, des inflammations chroniques et maladies dégénératives également, le taux de prégnénolone fabriquée par l’organisme décroît. Or, la prégnénolone est largement impliquée dans la fabrication, la préservation et la stimulation neuronales, notamment dans la zone cérébrale de la mémoire (3). Ainsi, en 2008, une étude menée par Charalampopoulos IRemboutsika EMargioris ANGravanis A, chercheurs du département de pharmacologie de l’Université de Médecine de Crète, a mis en évidence l’efficacité de la prégnénolone pour pallier les troubles liés à l’atrophie cérébrale causés par la sénescence.
Contre la maladie d’Alzheimer, la prégnénolone serait un atout :

Les chargés de recherche de l’INSERM ont pu mettre en évidence l’influence de la prégnénolone sur les fonctions particulièrement atteintes lors du processus de vieillissement du cerveau, notamment dans les zones relatives à la mémorisation, à l’anxiété, au stress et au sommeil. (4)Par son action la prégnénolone restaure les déficits de mémoire spatiale liés à l’âge et améliore les performances de façon significative. De véritables propriétés mnésiques et neuroprotectrices sont attribuées à la prégnénolone. Les résultats des expériences mettent en avant la prégnénolone comme candidate potentielle pour la prévention et le traitement de la maladie d’Alzheimer.
Prégnénolone: une promesse encourageante contre la schizophrénie :

en septembre 2011, les chercheurs du centre médical de l’Université de Duke aux Etats-Unis, démontrent que la prégnénolone aurait une action sur l’apprentissage et les processus de mémoire des personnes souffrant de schizophrénie. La prégnénolone accroît la fabrication neuronale (neurogénèse), diminue l’inflammation et lutte contre la mort prématurée des cellules cérébrales. Elle influence significativement l’activité des récepteurs GABA A, récepteurs directement impliqués dans le développement de la schizophrénie. (5)L’hyperactivité des récepteurs GABA A est volontiers associée à la schizophrénie. Lorsque les récepteurs GABA A sont sur-sollicités, il en résulte une baisse de l’activité cérébrale… Cela implique une diminution de la neurogénèse et donc, des troubles de la mémoire. L’intervention de la prégnénolone va permettre d’appaiser la sur-stimulation des GABA A. Les traitements à la prégnénolone améliorent les symptômes négatifs chez patients schizophrènes, stimulent la mémoire verbale et les capacités d’attention puis augmentent les  performances de la mémoire de travail. A l’inverse, lorsque les récepteurs GABA sont sous-sollicités, ils provoquent l’anxiété. Ayant une action anti-anxiolytique, la prégnénolone agit  sans nuire à la neurogénèse et donc, sans compromettre les capacités de mémorisation.
Prégnénolone, une porte ouverte à l’atténuation des déficits cognitifs et troubles de l’humeur :

Les mécanismes qui permettent au cerveau de se modifier en permanence sont liés aux apprentissages et à l’adaptation constante aux situations. En juillet 2013, des tests ont été effectués par des scientifiques de l’université de Palerme en Italie, sur des animaux dont on souhaitait évaluer les processus cognitifs et les comportements à tendance dépressive. Il en a résulté que les sujets s’étant vus administrer de la prégnénolone avaient augmenté leurs capacités d’orientation spatiale. Par ailleurs, leurs potentiels d’acquisition, de consolidation et de récupération de l’information spatiale, se sont révélés plus importants et probablement liés à un renforcement de la mémoire de travail. Les processus de mémorisation siégeant dans la zone de l’hippocampe, montrent une sensible amélioration. Les recherches ont également rendu compte d’effets antidépresseurs dus à la prise de prégnénolone. (6) La mise en évidence des résultats incite, pour l’avenir, à considérer l’utilisation de la prégnénolone comme outil thérapeutique potentiel dans le traitement des déficits cognitifs associés aux troubles de l’humeur.
La prégnénolone soulagerait le Syndrome de Séparation Adulte :

En 2012 à Pise, en Italie, une étude menée par les chercheurs du Département de Biologie Appliquée et de Morphologie Humaine a pu démontrer que les personnes souffrant d’un syndrome d’anxiété de séparation adulte possédaient un faible taux de TSPO, protéine de translocation impliquée dans la synthèse de la prégnénolone. Or, les résultats obtenus montrent également que si la TSPO croît, le taux de prégnénolone augmente à son tour et engendre des effets anxiolytiques. Il est alors constaté un apaisement significatif de l’anxiété générée par une situation de séparation. (7)Ainsi, le syndrôme d’anxiété de séparation ou d’attachement et la dépression qui lui est parfois associée pourraient être atténués par l’action précieuse de la prégnénolone. (Role of translocator protéine)
La prégnénolone aurait des effets bénéfiques contre la polyarthrite rhumatoïde :

Les recherches menées il y a une cinquantaine d’années sont aujourd’hui confirmées à un niveau moléculaire ! Les dernières publications sur ce sujet soulignent le rôle de la prégnénolone dans le soulagement de la polyarthrite rhumatoïde. Les cellules nommées synoviocytes fibroblastiques sont chargées de sécréter les protéines nécessaires à l’alimentation et à la lubrification des articulations en bonne santé. Lorsqu’une personne est atteinte de polyarthrite rhumatoïde, ces cellules se modifient et entrainent la synthèse forcée d’acide hyaluronique. La sécrétion accrue d’acide hyaluronique engendre l’inflammation et diminue l’espace articulaire, ayant un impact négatif sur l’aisance de mouvement. Les études effectuées en 2010 par Ciurtin CMajeed YNaylor JSukumar PEnglish AAEmery PBeech DJ, à l’Institut de Biologie des systèmes et membranes de la Faculté des Sciences Biologiques de l’Université de Leed au Royaume Uni, montrent que cette sécrétion accrue, même forcée, en cas de polyarthrite rhumatoïde, est stoppée par la  prégnénolone dans les cellules synoviocytes produisant le liquide synovial. Résultat : la lubrification articulaire n’est pas empêchée et la mobilité des articulations est préservée. (8)

 

Références :

(1)Xu BYang RChang FChen LXie GSokabe MChen L. Neurosteroid PREGS protects neurite growth and survival of newborn neurons in the hippocampal dentate gyrus of APPswe/PS1dE9 mice. Curr Alzheimer Res. 2012 Mar; 9(3):361-72. Source: State key laboratory of Reproductive Medicine, Nanjing Medical University, Nanjing 210029, China.

(2)Mayo WLe Moal MAbrous DN. Pregnenolone sulfate and aging of cognitive functions: behavioral, neurochemical, and morphological investigations. Horm Behav. 2001 Sep;40(2):215-7. Source : INSERM U259, Institut François Magendie, Rue Camille Saint-Saens, 33077 Bordeaux Cedex, France.

(3)Charalampopoulos IRemboutsika EMargioris ANGravanis A. Neurosteroids as modulators of neurogenesis and neuronal survival. Trends Endocrinol Metab. 2008 Oct;19(8):300-7. Doi : 10.1016/j.tem.2008.07.004. Epub 2008 Sep 2. Source: Department of Pharmacology, School of Medicine, University of Crete, Heraklion 71003, Greece.
(4)Y;AKWA, Pd.D. Neurostéroïdes, mémoire et neuroprotection : un intérêt dans la maladie d’Alzheimer ? « Stéroïdes et Système Nerveux », INSERUM U488, France.

(5)Marx CEBradford DWHamer RMNaylor JCAllen TBLieberman JAStrauss JLKilts JD. Pregnenolone as a novel therapeutic candidate in schizophrenia: emerging preclinical and clinical evidence. Neuroscience. 2011 Sep 15;191:78-90. doi: 10.1016/j.neuroscience.2011.06.076. Epub 2011 Jul 1. Source:Duke University Medical Center, Durham, NC, USA.

(6)Plescia FMarino RACannizzaro EBrancato ACannizzaro C. The role of pregnenolone sulphate in spatial orientation-acquisition and retention: An interplay between cognitive potentiation and mood regulation. Behav Processes. 2013 Jul 13. pii: S0376-6357(13)00134-4. doi:10.1016/j.beproc.2013.07.001. [Epub ahead of print].Source:Department of Sciences for Health Promotion and Mother and Child Care “Giuseppe D’Alessandro”, University of Palermo, V. Vespro 129, 90127 Palermo, Italy.

(7)Costa BPini SAbelli MGabelloni PDa Pozzo EChelli BCalugi SLari LCardini ALucacchini ACassano GBMartini C. Role of translocator protein (18 kDa) in adult separation anxiety and attachment style in patients with depression. Curr Mol Med. 2012 May;12(4):483-7.Source:Department of Human Morphology and Applied Biology, University of Pisa, via Volta, 4-56126 Pisa, Italy.

(8)Ciurtin CMajeed YNaylor JSukumar PEnglish AAEmery PBeech DJ. TRPM3 channel stimulated by pregnenolone sulphate in synovial fibroblasts and negatively coupled to hyaluronan. BMC Musculoskelet Disord. 2010 Jun 4;11:111. doi: 10.1186/1471-2474-11-111.Source:Institute of Membrane & Systems Biology, Faculty of Biological Sciences, University of Leeds, Leeds, LS2 9JT, UK.


One thought on “Prégnénolone : un atout de taille pour une mémoire sans faille !

  1. Pingback: Prégnénolone : L’hormone qui vous simplifie la vie existe maintenant en 100 mg ! - Le Blog NutriformLab

Leave a Reply

Your email address will not be published.