Rhume des foins, quand tu nous tiens….

Allergies

 

A l’arrivée du printemps, dame nature nous fait redécouvrir la joie de voir les arbres bourgeonner, les cerisiers en fleurs et la beauté des paysages verdoyants. Elle balade avec elle dans l’air, pollen, poussières et autres substances qui virevoltent et papillonnent autour de nous… Mais qui ne font malheureusement pas le bonheur de tous, notamment quand certains y sont sensibles et souffrent de ce que l’on nomme communément « rhume des foins ».

Connue également sous le nom de « fièvre des foins », « rhinite allergique » ou « rhinite saisonnière », cette allergie saisonnière peut survenir de façon intermittente, au moment du printemps, ou de façon plus insistante.

Les symptômes ? Yeux qui pleurent et qui picotent, nez qui coule, peau irrité, difficultés à respirer qui se manifestent comme de l’asthme et toux persistante…. Voilà tout le mal être provoqué par l’allergie saisonnière appelée rhume des foins.

Comment attrape-t-on le rhume des foins ? Quand les fines particules de pollen de plantes, graminées, moisissures, poils d’animaux qui tourbillonnent au gré des vents, entrent en contact avec les voies respiratoires (nez et gorge), ainsi qu’avec les yeux, il se produit une première phase dite de « sensibilisation », lorsque notre système immunitaire est hyperactif. Les antigènes (de pollen de plantes, graminées, moisissures, poils d’animaux)qui sont à la base inoffensifs pour d’autres, deviennent une menace potentielle : notre corps produit des molécules spécifiques appelées « immunoglobulines E », contre les corps étrangers. Vous n’avez alors aucun symptôme. Simplement, les immunoglobulines E se fixent sur les globules blancs appelés mastocytes, se mettent en état d’alerte, et se tiennent prêts à réagir à n’importe quel moment.

Puis vient la deuxième phase, celle de la réaction allergique : la fois suivante où vous vous trouvez en contact avec les types d’allergènes précédents, le système immunitaire attaque. Nos défenses naturelles réagissent de manière « hyper » et intensive, pour apporter une réponse inflammatoire démesurée à l’agression extérieure provoquée : les antigènes viennent s’accrocher aux immunoglobulines E, eux mêmes fixés sur les globules blancs « mastocytes ». Lorsque les antigènes s’accrochent aux immunoglobulines E, les mastocytes éclatent, libérant alors en quantité importante dans le corps, une substance appelée histamine. La réaction allergique est déclenchée, lorsque l’histamine, est délivrée en quantité excessive. Elle va alors engendrer une réaction en chaine… Et toutes les manifestations allergiques évoquées précédemment.

L’histamine est un broncho-constricteur qui va resserrer les bronches et empêcher la respiration : c’est précisément cela qui provoque la sensation d’étouffer et les difficultés à prendre son souffle. Par ailleurs, l’histamine est aussi un vasodilatateur puissant. Entrainant la dilatation des vaisseaux sanguins, elle va engendrer les rougeurs caractéristiques de l’allergie, puis accroître les sécrétions liées à la rhinite allergique. Le mucus accumulé au niveau des sinus obstrue totalement les voies aériennes et favorise le développement des bactéries. Les microbes s’accrochent aux muqueuses respiratoires… Et vous voilà bien incommodés par les symptômes du rhume des foins !….

Comment contrer le rhume des foins ?

Il existe bien des antihistaminiques sous forme de médicaments qui permettent de combattre l’allergie. Si vous souhaitez recourir à des méthodes naturelles, vous pouvez opter pour le supplément alimentaire Quercétin.

Le quercetin est un complément alimentaire possédant des propriétés antihistaminiques naturelles. Les études démontrent que l’action anti-inflammatoire prodiguée par la quercétine(1), aide à empêcher la libération d’histamine, puis à atténuer efficacement l’ampleur ainsi que les symptômes des réactions allergiques(2) tels que les démangeaisons, irritations, éternuements, yeux larmoyants, gonflements, ou manifestations cutanées.

Egalement, associer de la vitamine C ainsi que de la bromélaïne au quercétin, permettrait d’en décupler l’action.

 

 

Références scientifiques :
1.Park HH,  et al Flavonoids inhibit histamine release and expression of proinflammatory cytokines in mast cells.Arch Pharm Res. 2008 Oct;31(10):1303-11.

2.Shaik YB et al.Role of quercetin (a natural herbal compound) in allergy and inflammation.J Biol Regul Homeost Agents. 2006 Jul-Dec;20(3-4):47-52.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *