Les bénéfices de la DHEA : Info ou Intox’ ?

ANTI-AGE dheaDepuis quelques temps maintenant, la DHEA défraye la chronique par ses espoirs de jeunesse éternelle. Controversée en France et proposée en vente libre aux Etats-Unis, cette hormone délie les langues et devient une des stars les plus en vogue de la course contre le temps.

La DHEA ou Déhydro-épiandrostérone, intervient initialement dans la production des hormones sexuelles testostérone et oestrogènes. Elle est sécrétée à partir du cholestérol, puis transformée en différentes hormones intervenant dans de nombreux mécanismes. Au fil des années qui s’écoulent, le taux de DHEA diminue, pour ne plus représenter que 10% à nos 80 ans, quand à 50 ans, il constituait 50% de notre capital jeunesse. C’est la raison pour laquelle, aux alentours de 40 ans, une supplémentation en DHEA peut être un atout précieux. Un taux important de DHEA révèle vigueur, dynamisme, sens plus alertes et plus affûtés, motivation et compétitivité accrues, densité osseuse plus consistante et renforcée.

Quels sont les signes d’une carence en DHEA ?

Tout le monde ne possède pas le même taux de DHEA et les infections, les traumatismes, les toxines ou la pollution sont des facteurs qui en accélèrent la chute. Vous pratiquez peu d’activité physique, fumez, buvez de l’alcool régulièrement, êtes soumis à un stress constant ? Il est possible que votre taux de DHEA ne soit pas au beau fixe… et d’ailleurs, que quelques signes annonciateurs ou effectifs trahissent ce manque :

La carence en DHEA et les faibles taux de DHEA sont associés à une fatigue inexpliquée et persistante, à l’anxiété, à de la cellulite au niveau des cuisses, à une moindre résistance au bruit, à la dépression, à des risques de développement de cancer accrus, à des problèmes cardiovasculaires, mais aussi à l’asthme, à l’obésité, à une perte de libido, aux maladies auto-immunes et à l’ostéoporose. Egalement, les personnes présentant des signes de carences en DHEA peuvent avoir le visage enflé, les paupières lourdes, les cheveux secs et cassants.

Comment augmenter son capital DHEA ?

DHEALa pratique d’exercice physique régulier stimulerait la production de DHEA, également, le mode de vie et d’alimentation permettrait de mieux en maîtriser la chute, ainsi qu’une exposition moindre au stress, qui permettrait de faire chuter le taux de cortisol (hormone du stress) et non celui de DHEA. Enfin, la supplémentation, pharmacologique, lorsqu’elle fait l’objet d’une prescription nécessaire à soulager une maladie ou des troubles spécifiques évalués par votre médecin ou physiologique, permettant de rétablir simplement le bon équilibre lorsque vous souffrez d’une carence.

Mais attention, point trop n’en faut ! Aussi, avant une supplémentation en cette hormone anti-âge, un bilan biologique est conseillé. Pour information, le taux « normal » de DHEA diffère en fonction du sexe. Il se trouve en moyenne entre 2500 et 3000 ng/ml chez les jeunes femmes et se situe entre 2500 et 3500 ng/ml chez les hommes jeunes.

Qui ne devrait pas prendre de DHEA ? Les enfants et adolescents, mais aussi les jeunes adultes, qui produisent de la DHEA en quantité élevée jusqu’à 30 ans ! Les femmes enceintes, les femmes atteintes de cancer hormono-sensible et plus précisément, de cancer du sein, les hommes qui souffrent de cancer de la prostate, puis les personnes qui prennent un traitement hormonal de substitution.

 

Références scientifiques :

1.Baulieu E.E. et al. (2000). DHEA, DHEA Sulfate and aging: Contribution of the DHEAge Study to a sociobiomedical issue. Proceedings of the National Academy of Sciences, USA. Vol. 97, No.8, p.4279-4284.
2.Legrain S., Massien C., Lahlou N., Roger M. et al. (2000). Dehydroepiandrosterone replacement administration : pharmacokinetic and pharmacodynamic studies in healthy elderly subjects. J Clin Endocrinol Metab, Vol. 85, 3208-3217.
3.Mazat L., Lafont S., Berr C., Debuire B., Tessier J.F., Dartigues J.F. et Baulieu E.E.(2001). Prospective measurements of dehydroepiandrosterone sulfate in a cohort of elderly subjects: Relationship to gender, subjective health, smoking habits, and 10-year mortality. Proc. Natl. Acad. Sci. USA. 2001, 98 8145.
4.Barrett-Connor E, Khaw KT, Yen SS A prospective study of dehydroepiandrosterone sulfate, mortality, and cardiovascular disease. N Engl J Med. 1986 Dec 11; 315(24):1519-24.
5.Feldman HA, Johannes CB, Araujo AB, Mohr BA, Longcope C, McKinlay JB. Low dehydroepiandrosterone and ischemic heart disease in middle-aged men: prospective results from the Massachusetts Male Aging Study. Am J Epidemiol. 2001 Jan 1; 153(1):79-89.
6.Ohlsson C, Labrie F, Barrett-Connor E, Karlsson MK, Ljunggren O, Vandenput L, Mellström D, Tivesten A. Low Serum Levels of Dehydroepiandrosterone Sulfate Predict All-Cause and Cardiovascular Mortality in Elderly Swedish Men. J Clin Endocrinol Metab. 2010 Jul 7. [Epub ahead of print].
7.Villareal DT, Holloszy JO, Effect of DHEA on abdominal fat and insulin action in elderly women and men: a randomized controlled trial, The Journal of the American Medical Association, 10 novembre 2004, Vol. 292, No 18, 2243-8.
8.Nair KS, Rizza RA, O’Brien P et al. DHEA in elderly women and DHEA or testosterone in elderly men. N Engl J Med. 2006 Oct 19; 355(16):1647-59.
9.Mamas L, Mamas E. Dehydroepiandrosterone supplementation in assisted reproduction: rationale and results. Curr Opin Obstet Gynecol. 2009 Aug; 21(4):306-8. Review.
10.Barad DH, Gleicher N. Increased oocyte production after treatment with dehydroepiandrosterone. Fertil Steril. 2005 Sep; 84(3):756.
11.Shulman A. The journal of the Israeli Fertility Association (AYALA), 2010.
12.Reiter WJ, Schatzl G, et al. Dehydroepiandrosterone in the treatment of erectile dysfunction in patients with different organic etiologies.Urol Res 2001 Aug; 29(4):278-81.
13.Mazat L, Lafont S, Berr C, Debuire B, Tessier JF, Dartigues JF, Baulieu EE. Prospective measurements of dehydroepiandrosterone sulfate in a cohort of elderly subjects: relationship to gender, subjective health, smoking habits, and 10-year mortality. Proc Natl Acad Sci U S A. 2001 Jul 3; 98(14):8145-50. Epub 2001 Jun 26.
14.Vakina TN, Shutov AM, Shalina SV, Zinov’eva EG, Kiselev IP. [Dehydroepiandrosterone and sexual function in men with chronic prostatitis]. Urologiia. 2003 Jan-Feb ;(1):49-52. Russia.
15.Basar MM, Aydin G, Mert HC, Keles I, Caglayan O, Orkun S, Batislam E. Relationship between serum sex steroids and Aging Male Symptoms score and International Index of Erectile Function. Urology. 2005 Sep; 66(3):597-601.
16.Hackbert L, Heiman JR. Acute dehydroepiandrosterone (DHEA) effects on sexual arousal in postmenopausal women. J Womens Health Gend Based Med 2002 Mar; 11(2):155-62.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *