A chaque trouble du sommeil, sa solution Mélatonine !

insomnie

La Mélatonine est l’hormone produite durant notre sommeil par une petite glande appelée épiphyse. Régulatrice de nos cycles de sommeil, de notre rythme veille/sommeil, elle intervient aussi comme un régulateur de la pression sanguine et de l’activité des défenses naturelles. Réfrénée le jour et stimulée la nuit, la production de mélatonine maintient le bon équilibre. Lorsqu’elle vient à manquer, les phases de sommeil se détraquent… Et c’est l’insomnie !

Mais toutes les insomnies ne se ressemblent pas… Aussi il est essentiel de bien les distinguer pour mieux les maîtriser et en venir à bout… Car en effet, elles ne se traitent pas non plus de la même façon ! Voici quelques précieuses informations pour vous aider à retrouver les bras de Morphée, mais aussi à dormir d’un sommeil plus sain :

Tout d’abord, il est essentiel de comprendre de quel type d’insomnie vous souffrez : Est-ce que vous avez du mal à vous endormir ? Est-ce que vous dormez d’un sommeil agité et vous réveillez plusieurs fois durant la nuit ? Est-ce que vous êtes plutôt un adepte du réveil précoce qui vous empêche ensuite de fermer les yeux jusqu’au matin ?

Ensuite, si vous parvenez à identifier les causes, dans les grandes largeurs, cela peut vous faciliter les choses pour choisir la meilleure façon de se débarrasser des troubles du sommeil ! S’agit-il d’insomnies passagères dues à des tracas ponctuels ? Un évènement qui vous a heurté plus particulièrement ? Votre insomnie est-elle liée à un changement de rythme ou d’environnement ? S’agit-il d’une insomnie liée à une maladie particulière ? Votre insomnie peut-elle être liée à la prise de médicaments ?

Dans quel cas la Mélatonine serait-elle inefficace ? Sachez que si la cause de votre « mal dormir » se rapporte à des évènements traumatisants, ou à une dimension psychosociologique dans son ensemble, la mélatonine sera inopérante. Cette « hormone du bien dormir » est utile lorsque l’architecture de votre sommeil est déstructurée. Si la cause est psychophysiologique, ce ne sont pas les phases du sommeil qui sont à remettre en cause, mais bien l’activation paradoxale des systèmes d’éveil au moment du coucher.

Qu’est-ce qui peut bien troubler la production de Mélatonine ? Se coucher trop tard, être stressé, avoir des horaires de sommeil irréguliers ou décalés, sont en revanche, autant de causes qui peuvent perturber votre production de mélatonine. Et ce n’est pas tout, les ondes électromagnétiques, émises par votre téléphone portable, l’éclairage artificiel du réverbère de la rue, ainsi que les antennes relais, peuvent altérer la fabrication de votre hormone du sommeil ! La lumière bleue, produite par les écrans de télévisions ou tablettes tactiles également !

Dans quels cas de figure la prise de Mélatonine en complément alimentaire pourrait-elle favoriser le mieux dormir ?

De nombreuses recherches scientifiques ont pu démontrer l’impact positif de la prise de Mélatonine sur le sommeil, lorsque le problème a été correctement ciblé.

La Mélatonine peut être extrêmement bénéfique en cas de problèmes d’endormissement, de sommeil non réparateur, de durée de sommeil trop courte et de réveil précoce, ainsi qu’en cas de fatigue diurne associée à un décalage horaire ou à un travail nécessitant un rythme de sommeil irrégulier.

Quelle différence entre une Mélatonine « Time Release » et une Mélatonine « Immediate release » ?

La Mélatonine à libération immédiate (Immediate release) va permettre au principe actif d’être libéré et efficace dans un temps extrêmement court. Elle est particulièrement conseillée en cas de troubles du sommeil liés à un problème d’endormissement. Son action n’engendre aucune accoutumance, contrairement à beaucoup de médicaments classiques.

La Mélatonine à libération prolongée (Time Release) est la plus indiquée en cas de réveils précoces, car son principe actif est libéré sur une période plus longue et beaucoup plus lentement.

La Mélatonine en forme sublinguale à libération immédiate, pour une action encore plus rapide car le principe actif rejoint directement le sang via les glandes salivaires.

Quand prendre ma Mélatonine ?

Le soir, 30 minutes avant le coucher.

Quel dosage de Mélatonine  serait le plus indiqué, dans quel cas ?

1mg si vous prenez de la Mélatonine pour la première fois, si vous êtes insomniaque, que vous souffrez d’insomnies d’endormissement ou si vous avez la sensation d’être épuisé même après une bonne nuit de sommeil

– 2mg sur 6 semaines si vous souhaitez faciliter le sevrage d’un somnifère

– Jusqu’à 2,5 mg pour aider à combattre l’insomnie

– De 3 à 5mg pour atténuer les effets du décalage horaire

 

Références scientifiques : 1. Brzezinski A, Vangel MG, et al. Effects of exogenous melatonin on sleep: a meta-analysis. Sleep Med Rev. 2005 Feb; 9(1):41-50.
2. James E. Jan, Roger D. Freeman et Diane K. Fast. Melatonin treatment of sleep-wake cycle disorders in children and adolescents, Developmental Medicine & Child Neurology, Vol. 41, 1999, pp. 491-500. 
3. Wu Y.H. et al., The human pineal gland and melatonin in aging and Alzheimer disease, J. Pineal Res., 2004 Dec 21 (online pub date). . 
4. Herxheimer A. et al., Melatonin for the prevention and treatment of jet lag, Cochrane Database Syst. Rev., 2002, (2): CD001520.
5. Elodie Magnanou, Joël Attia, Roger Fons, Gilles Boeuf, Jack Falcon. The timing of the shrew: continuous treatment with melatonin maintains youthful rhythmic activity in aging Crocidura russula, PLoS ONE, 15 June 2009.
6. Reiter RJ, Manchester LC, Tan DX. Melatonin in walnuts : Influence on levels of melatonin and total antioxidant capacity of blood, J. Nutrition, 2005 Sep ;21(9):920-4).

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *